Signé Yvan Buravan

Le soleil s’est levé sur Kigali tôt ce matin, il fait beau, la température ne dépassera pas les 22 degrés, il est  8 heures.  Après avoir enfilé un pantalon bleu marine avec un tee-shirt au col Mao tout droit sorti de chez Kaju, je roule vers un quartier chic de la ville. J’y déjeunerai dans quelques minutes avec un jeune artiste, pas comme les autres.

Avec son grain de voix reconnaissable entre mille, sa musique se sauve par cette ‘‘issue de secours’’ avant de tomber dans le moule qui formate les chansons des artistes de la génération actuelle. Les célébrations de fin d’années viennent de passer, et le public des mille collines se souviendra de son tout premier show haut en couleurs. Offert par l’artiste à son public pour la sortie de son premier disque The Love Lab, le 1er du mois de décembre 2018, il est ‘‘dopé’’ par sa toute récente victoire au Concours Découverte de RFI Musique.

L’artiste au volant de sa Mercedes blanche, se gare. Tout vêtu de noir et de blanc, Buravan a une allure chic et fière. D’un pas assuré, retiré derrière ses petites lunettes de soleil rondes, il sourit, je le sens ouvert et enclin à la rencontre. Nous ne nous connaissons pas, mais le courant passe à la seconde où nous nous serrons la main. Je sens quelqu’un de simple et de gentil, mais pas que… Le gars est intelligent, voire brillant. Bien plus que la monture dorée de ses lunettes noires. Il a de la répartie et debout, adossés contre un mur, nous entrons en la matière. Tous les sujets sont permis, nous avons en commun d’aimer ‘‘parler vrai’’, alors allons-y !

IMPAKT INFO : Nous ne nous connaissons pas. Dites-nous qui vous êtes.

YVAN BURAVAN : J’ai 24 ans, je suis né un 27 avril de Michel Burabyo et d’Elisabeth Uwikunda après quatre autres garçons et une fille. Mes frères et sœurs  ne sont pas musiciens. Avant mes 14 ans, je n’avais pas de rêve de musique, jusqu’à ce concours organisé par une compagnie de Télécommunications que j’ai remporté en gagnant 1 Million 500 mille francs, en 2009. Truc de Ouf ! J’étais à peine en 2ième secondaire, et mon rêve de footballeur a prit fin à ce moment là.

IMPAKT INFO : Ah bon ! Tout part donc de là…

YVAN BURAVAN : Pas vraiment, parce -que j’avais commencé par le chant sacré et en 2009, je ne me sentais pas prêt à me lancer véritablement dans la carrière musicale. Je suis retourné en chorale chrétienne. J’ai pris six ans de préparation. Je ne voulais pas rentrer dans l’industrie, sans être sûr de moi. A mes 20 ans en 2015, j’ai célébré  mon anniversaire et c’est devant mes invités que j’ai fais ma demande d’assistance des miens dans ma nouvelle direction.

IMPAKT INFO : Avec vous, les choses ont le mérite d’être claires…

YVAN BURAVAN : Elles l’ont aussi été, lorsqu’un producteur m’a demandé d’arrêter de chanter de la variété pour faire de l’Afro beat. C’était à son avis, ‘‘ce qui marchait’’. Après les deux premiers titres ‘‘Bindimo’’ et ‘‘Urwo ngukunda’’ qui ont eu un accueil mitigé, c’est ‘‘Malaїka’’ qui m’a véritablement révélé. Et c’est avec ce titre, aux côtés de ‘‘Oya’’, ‘‘Garagaza’’, ‘‘Just a dance’’ que j’ai concouru à RFI Découvertes 2018.  Mes études en Business Technology à l’Université suspendus deux ans auparavant, j’avais les mains libres pour foncer ! Je me suis consacré à l’écriture de mon premier album The Love Lab.

IMPAKT INFO : Il faut en vouloir vraiment pour travailler à la fois la participation à un concours et à son tout premier show pour présenter son tout premier disque. C’est celui qui ‘‘passe ou qui casse’’ n’est-ce- pas ?

YVAN BURAVAN : Tout à fait. Il faut le ciseler. Dieu merci, c’était un carton plein. (sourire de satisfaction). ‘‘The Love Lab’’ est fait de 18 titres : 12 en solos et 6 collaborations.

IMPAKT INFO : Votre victoire au Concours Découvertes de RFI vous avait été annoncée le 08 novembre. Dites donc, vos étoiles s’étaient bien alignées… Tout vous sourit et je suis surpris par votre capacité à rester si simple et si disposé à discuter, alors que les lumières s’allument sur vous en ce moment.

YVAN BURAVAN : Et je dis Merci ! Pour ce compliment et pour votre intérêt pour moi.

IMPAKT INFO : Vous êtes d’un naturel déconcertant.

YVAN BURAVAN : Cela m’aide à améliorer le ‘‘moi-même’’. Ce que je suis et ce que j’ai, c’est fait et je passe. Ce qui me préoccupe, c’est ce que je dois atteindre et qui est à venir. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire.

IMPAKT INFO : Qu’est ce qui vous fait marcher ?  Vous carburez à quoi ?

YVAN BURAVAN : Je voudrais faire partie du bonheur des gens. J’aime aider, être une bénédiction pour l’autre. Musicalement, j’aime nourrir l’amour des gens de mes chansons et aujourd’hui, je suis heureux de voir qu’il y des couples qui ses sont formés grâce à mes chansons et qui se sont mariés.

IMPAKT INFO : C’est quoi l’amour pour vous ?

YVAN BURAVAN : C’est tout pour moi. C’est ma raison de vivre. Et je crois que cela vaut pour tout le monde.

IMPAKT INFO : Vous êtes amoureux vous même, en ce moment ?

YVAN BURAVAN : Non.

IMPAKT INFO : Que savez-vous donc du sentiment amoureux ?

YVAN BURAVAN : J’ai vu mes parents. Toutes ces années, je les ai vu se parler, se regarder, je n’ai vu que de l’amour et c’est cela qui m’a inspiré.

IMPAKT INFO : Quel amoureux êtes-vous ?

YVAN BURAVAN : Passionné.

IMPAKT INFO : Quelles qualités vous touchent le plus chez l’autre ?

YVAN BURAVAN : La personnalité. Une personne qui à la fois communique et est réservée. Cela peut paraitre paradoxal, mais ça ne l’est pas tant que cela.

IMPAKT INFO : Vous avez un tempérament de sportif ?

YVAN BURAVAN : Je suis sportif. Je fais du foot, de la gym et je cours une quinzaine de kilomètres avec mes potes au moins trois fois la semaine.

IMPAKT INFO : Vous êtes du genre ‘‘très potes’’ ?

YVAN BURAVAN : Pas tant que cela, mais quand on est potes, on l’est vraiment.

IMPAKT INFO : Vous pourriez vous engager pour une cause politique?

YVAN BURAVAN : Pour plus de justice sociale, oui. Que ceux qui ont et ceux qui ont moins, aient les mêmes droits sans parti pris.

IMPAKT INFO : Vous êtes très sociable ?

YVAN BURAVAN : Je rends visite aux miens. Cela me fais garder les pieds sur terre de maintenir permanent le lien qui m’unissait à eux quand je n’étais pas celui que je suis aujourd’hui. Ainsi, je suis presque sûr de rester moi-même.

IMPAKT INFO : Comment décririez-vous le monde aujourd’hui?

YVAN BURAVAN : Il s’améliore grâce aux nouvelles technologies et aux engagements de certains à s’entraider. Mais cela je le dis, parce-que c’est ce que je fais, moi. Je veux être le changement que je souhaite pour le monde.

IMPAKT INFO : Lequel voulez-vous -de changement-?

YVAN BURAVAN : Moins de conflit, de guerres. Cela peut sembler utopique, mais je continue de croire que nous pouvons faire des efforts pour que les mobiles qui mènent aux affrontements s’améliorent, à défaut de disparaitre.

IMPAKT INFO : De quelle manière, selon vous ?

YVAN BURAVAN : En commençant par soi même. En évitant le conflit avec tout ce qui est dans notre ligne de mire.

IMPAKT INFO : C’était bien de discuter avec vous, Yvan…

YVAN BURAVAN : Merci Arnaud et c’est aussi grâce à toi. Ce que tu inspire, te reviens.

Propos recueillis par Arnaud Nkusi

  The Love Lab, disponible en CD et téléchargement légal

0 Reviews

Write a Review

Vinkmag ad

Arnaud Nkusi

Le concepteur et rédacteur en chef de impaktinfo est journaliste professionnel. Il a présenté le 20 heures et les Journaux Radio, après quelques années de presse écrite. Fort de cette expérience qui s'étale sur près d'une vingtaine d'années,il décide de mettre la barre plus haut en initiant sa propre boite de production, Impaktinfo pour réhausser le niveau de la pratique du métier. En informant l'opinion publique avec des nouvelles positives, particulièrement en ce qui concerne les évolutions en cours en Afrique, tous domaines compris.

Read Previous

Signé Séverin Sebahire

Read Next

Psycho 1

2 Comments

  • Cet interview était sublime,à Coeur ouvert avec ce génie en herbe devenu le chouchou de toute une jeunesse rwandaise dorée et des questions très simples à vous couper le souffle et des réponses bien dosées bien matures. Coup de chapeau Arnaud Nkusi et Impaktinfo.

    C

    • Bonjour Gatera,
      Merci à vous de nous avoir accordé du temps et donc de l’intérêt.
      Revenez ici http://www.impaktinfo.com avec plus de lecteurs et commentateurs, cela nous fait avancer en vous servant mieux.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *