Je te respecte

En demande t-elle plus que d’être simplement respectée? La fille autant que le garçon et la femme autant que l’homme. Est-ce trop demander de leur part que d’avoir les mêmes droits? Le droit notamment à la tranquilité et à la même liberté que celle du ‘‘masculin’’. Ni plus ni moins. Tout part de l’éducation depuis le cercle familial ou de tutelle. Si le respect est de mise pour tous envers tous, le petit garçon le sait et reproduira exactement ce qui non seulement lui a été inculqué, mais aussi ce qu’il a vu faire par celles et ceux qui ont été son entourage direct. Le proverbe indien ‘‘Enseigner à un homme, c’est enseigner à une personne. Enseigner à une femme, c’est enseigner à toute la famille’’ s’y prête parfaitement.

Dans quatre pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord une étude multipays du bureau des Nations Unies ONU Femmes a été menée. Les hommes ayant vu leur père user de violence contre leur mère et ceux ayant été victimes d’une certaine forme de violence durant leur enfance sous leur propre toit étaient manifestement plus enclins à infliger des violences à leur conjointe durant leur vie adulte. Au Liban par exemple, la propension à infliger des violences physiques était trois fois plus élevée chez les hommes ayant vu leur père battre leur mère durant leur enfance que chez ceux n’ayant pas assisté à de tels actes de violence étant enfant. 

Il y a au bas de cet article, un espace qui vous est dédié pour réagir à cette thématique du respect qui est, à mon avis, d’actualité comme rarement il en a été question dans l’histoire de l’humanité. Ce que je constate avec sidération, c’est la montée en puissance d’un type de langage fortement révélateur de ce manque de respect qui se propage à vitesse grand ‘‘V’’ notamment sur ces réseaux sociaux qui parfois, pour ne pas dire souvent, trop souvent, se transforment en réseaux asociaux. Des tribunaux de règlements de compte avec une virulence et un manque de considération de l’autre porté sur la voie publique. Et quelle voie publique! 

Derrière son écran, sur son clavier ou carrément devant une caméra, le ridicule ne tuant pas, l’auteur(e) s’autorise à ‘‘régler son compte’’ à qui n’est pas en odeur de sainteté à ses yeux. Tout le monde en a pour son grade: politicien(ne), journaliste, artiste, sportif professionnel, homme, femme d’affaires, médecin, pompier, prêtre, pasteur, policier et toute autre personne qui exerce un métier public, mais pas que. Même les anonymes –pour peu qu’il en reste- ne sont pas épargnés. Le rouleau compresseur écrase de ses phrases assassines qui se trouve sur son chemin. 

Reconnaissons que quand il s’agit d’une fille ou d’une femme, le harcèlement se fait bien souvent plus violent encore. Plus ‘‘la cible’’ parait fragile aux yeux du harceleur, plus elle est embêtée.  Il faut beaucoup de courage à la gent féminine pour se sortir de ce guet-apens. Elles sont de plus en plus nombreuses à prendre des cours d’auto défense. Plus encore dans les pays où la législation en vigueur ne protège pas assez les filles et les femmes. Celles d’entre elles qui sont dans le phenomène migratoire actuel subissent des atrocities don’t aucun qualificatif ne saurait dire l’ampleur. Je revois cette mère syrienne qui élève seule ses cinq enfants et qui, avec eux, est balottée entre la Turquie et la frontière grecque. Elle est repoussée de toutes parts avec ses petits, ne sachant plus où donner de la tête.

Selon le bureau des Nations Unies ONU Femmes, il estime qu’environ 87.000 femmes dans le monde ont été intentionnellement tuées en 2017, dont plus de la moitié (58%) par leur conjoint ou des membres de leur famille. Cela signifie que chaque jour en moyenne dans le monde, 137 femmes sont tuées par un proche, dont plus d’un tiers (environ 30.000 au total) par un conjoint ou ex-conjoint. Plus de la moitié (51 pour cent) des victimes de trafic d’êtres humains dans le monde sont des femmes adultes. Les femmes et les filles représentent 71 pour cent des victimes, les filles seules comptant pour près de trois victimes sur quatre du trafic d’enfants. Près de trois femmes et filles victimes du trafic d’êtres humains sur quatre le sont à des fins d’exploitation sexuelle.

L’humain n’a pas encore compris que la règle d’or en société est de faire à autrui, ce que l’on souhaite qu’il nous soit fait et de lui éviter ce que nous redoutons pour nous-mêmes. C’est, je crois, le meilleur moyen d’être en paix, relativement certes, mais tout de même. Gims dans le titre ‘‘ Le pire’’ dit notamment: ‘‘ (…) Le pire, c’est pas la méchanceté des hommes mais le silence des autres qui font tous semblant d’hésiter (…). Les gens qui font la morale avec une veste en vison. Ou p’t-être simplement qu’on a perdu la raison. La vie, un terrain glissant, mais dans quel monde nous vivons? ‘’Je suis convaincu que le Ministère de l’Education dans tous les pays du monde devrait mettre en cours principal, un apprentissage théorique et pratique du respect de soi, de l’autre, de tout être vivant (faune et flore compris), des biens et du patrimoine communs. Le fameux cours d’éducation civique a-t-il porté du fruit du temps où il était dispense dans plusieurs pays du monde? N’enseigne t-on pas parfois aux gamins la haine de l’autre parce-que different de soi?  Je ne vois aucun autre moyen de faire ‘‘revenir à la raison’’ l’ humain qui se déshumanise au vu de tous. Le mot d’ordre devrait être pour chacun et pour tous et ce, depuis l’enfance: Je respecte!

0 Reviews

Write a Review

Vinkmag ad

Arnaud Nkusi

Le concepteur et rédacteur en chef de impaktinfo est journaliste professionnel. Il a présenté le 20 heures et les Journaux Radio, après quelques années de presse écrite. Fort de cette expérience qui s'étale sur près d'une vingtaine d'années,il décide de mettre la barre plus haut en initiant sa propre boite de production, Impaktinfo pour réhausser le niveau de la pratique du métier. En informant l'opinion publique avec des nouvelles positives, particulièrement en ce qui concerne les évolutions en cours en Afrique, tous domaines compris.

Read Previous

Signé Violaine Faye

Read Next

Covid-19 Seuls ENSEMBLE 1

3 Comments

  • Oui l’humain qui se déshumanise aux yeux de tous est cette mosaïque de culture que nous avons ramassé ça et la dans ces réseaux sociaux et avions oublié cette base d’éducation portée par nos mères. Mais Arnaud les séquelles restent en nous. L’adage dit:  » Il existe dans chaque individu une version de lui même » Respect!!

  • Quelle belle reflection! Et si on essayait de voir dans la fille ou la femme devant nous l’image de sa soeur ou sa mere, peut etre que l’attitude changerait. Et si on joignait nos efforts a developer l’image de toute femme sur base de l’image de la femme ou la fille qu’on respecte le plus. Et si tout simplement on passait à l’action en decidant d’eliminer toute forme de discrimination à l’endroit de cette créature tant aimée de Dieu. Comm

    • Bonjour Nadine,
      Vous avez tout à fait raison.
      Merci de PARTAGER ce lien et de susciter un moment de réflexion autour
      de vous…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *