Intelligence

Ecoliers, chaque matin, avant l’entrée en classe, nous commencions par le salut au drapeau en nous mettant en rangs ordonnés avant d’entamer l’hymne nationale. Nous avions dans nos programmes scolaires un cours d’Education civique. Il y était question de connaitre et d’aimer son pays. Les valeurs de la République. De République, j’en avais connu deux de pays différents et autres que celle de mon pays d’origine. D’où étais-je donc ?

Et maintenant que j’ai un passeport du pays d’origine de mes parents, que je voyage le monde et que ma culture est un melting-pot de tous ces pays dont j’ai été citoyen ou que j’ai parcouru, d’où suis-je ? Du pays de mon Passeport ou de ceux de ma culture ? D’un seul ou de tous ces pays ? D’où sommes-nous ? De nos pays respectifs ou de bien plus loin ? Qui le détermine ?

Intempestive question que celle de l’identité par les temps qui courent. Identité nationale, identité génétique, identité sexuelle, identité tout court. Ça débat de partout. Argument contre arguments. Le type de débat passionné où la raison cède bien souvent au sentiment. On s’affirme de quelque part et on s’arroge le droit de désigner l’autre, différent de soi, comme n’ayant pas ‘‘droit à son identité’’ au même titre que soi-même.

Identifier une personne par son ‘‘appartenance supposée’’ à une race, une couleur de peau, une religion, une sexualité, un bord politique est un enjeu vieux comme le monde et qui, avec la crise économique actuelle est un terrain sur lequel surfent les politiques qui nourrissent les clivages pour justifier leurs discours de haine et de division. Une autre donne est entrée dans la danse : les théories du (des) complot(s).

Les fanatiques tombent dans le panneau et font le jeu de ceux qui tirent les ficelles. Les fossés se creusent entre ‘‘pour’’ et ‘‘contre’’ et les guéguerres ont un boulevard devant elles. Tout le monde dit vouloir la paix mais fait la guerre au prétexte que c’est l’autre (encore et toujours l’autre mais pas soi) qui a tort et par conséquent, provoque le conflit. Le cycle est infernal. C’est le serpent qui se mord la queue.

C’est à ce moment précis qu’une once d’intelligence est salutaire. Pourvu qu’elle surgisse dans plus d’un esprit et que des volontés de réflexion sans interférence de sentiment de la fameuse ‘‘appartenance’’ se mettent ensemble à pied d’œuvre pour ‘‘être le changement’’ souhaité. Ce n’est ni un vœu pieux ni un texte de chanson. L’exigence de soi à être dans le dialogue, la négociation et de faire preuve de bonne foi est une attitude saine qui mène au consensus plutôt qu’à l’affrontement.

Si les salles de spectacles et les terrains de jeu, les églises et lieux de cultes divers sont à ce jour fermés, et que les visites familiales et amicales sont fortement déconseillées, ce sont les écrans qui servent la soupe. Elle est fortement épicée avec des ingrédients qui rivalisent de piquant ! C’est à celui qui parlera plus fort et tapera du poing sur la table, à tort ou à raison qu’iront le plus de ‘‘spectateurs’’.

Les chaines d’information en continu enchainent reportages et analyses, les réseaux sociaux mêlent info et intox. Á chacun de décider de ce qui est ‘‘vrai’’ ou ‘‘faux’’. Nous sommes abreuvés de nouvelles et il faut avoir ‘‘du caractère’’ pour arriver à stopper le manège et à redescendre sur le sol ferme. Poser son téléphone portable et prendre un temps de répit.    Puis, se consacrer à autre chose. Á autrui qu’on n’a pas eu le temps d’écouter, de voir. Á soi-même. Décider de se poser et de ne rien faire. Se poser, se ressourcer, se régénérer, recharger ses batteries.

«Tu ne me croiras pas» me dit en plein confinement, un musicien, alors que nous discutions au téléphone. Il est bassiste et toute sa vie, il n’a fait que de la musique. Il rit et m’avoue : « Tu sais que je déteste la lecture, n’est-ce pas ? Eh bien, figures-toi que maintenant, je lis. Moi ! C’est incroyable. Je n’y crois pas, alors que je me vois lire».  Puis, il éclate de rire, comme s’il se moquait de lui-même. Voilà ce que peut produire le confinement. Cette sommation à rester chez soi longtemps et à en faire quelque chose, au risque de tomber dans la déprime.

Education et apprentissage au respect. Respect de soi, respect des autres. De la vie et de la nature. N’est-il pas temps que les systèmes d’éducation intègrent un cours de respect d’autrui et de la vie qui se déploie à travers la flore, la faune et l’humanité ? La conjonction des évènements actuels n’est-elle pas criante du besoin d’apprentissage à la bienveillance des uns envers les autres ? Tous et toutes à l’école du bon sens, celui qui prend en compte l’autre en ne le considérant ni plus ni moins que son semblable et faisant la sourde oreille lorsque retentisse les sirènes de l’égoïsme et de l’ ‘‘entre-soi’’.

L’ ‘‘entre-soi’’ est une tentation si forte et les temps qui courent ne l’expriment que bien fort. Les nationalisme, suprématisme, fermetures des frontières et courses vers les pays des autres au moindre parfum d’un intérêt quelconque quitte à piétiner le droit du sol des habitants sont légion. C’est une véritable loi de la jungle de notre temps. Nous la croyions révolue par les pays dits « démocratiques ». Le constat est tout autre.

Dans sa plus récente encyclique Fratelli Tutti (Tous Frères), le Pape François dit notamment à ce propos : «La vraie qualité des différents pays du monde se mesure par cette capacité de penser non seulement comme pays mais aussi comme famille humaine, et cela se prouve particulièrement dans les moments critiques. Les nationalismes fondés sur le repli sur soi traduisent en définitive cette incapacité de gratuité, l’erreur de croire qu’on peut se développer à côté de la ruine des autres et qu’en se fermant aux autres on est mieux protégé. Aujourd’hui, aucun État national isolé n’est en mesure d’assurer le bien commun de sa population». Et en cela, la pandémie actuelle joue un rôle non négligeable».

Inventer un renouveau. Exigence d’adaptation à une période trouble qui ne laisse indifférent aucun Etat, aucune administration, aucune population, aucune personne. Tous sommes concernés. Avons-nous jamais autant été mis tous ensemble et à la fois, face à une réalité qui nous oblige à réfléchir constamment sur une porte de sortie ? Une sorte de ‘‘Un pour tous et tous pour un’’ avec ou sans lequel selon Fatou Diome, ‘‘On sera riche ensemble ou on va tous se noyer ensemble ’’.

La richesse ou la noyade, c’est au choix. Nous comprenons que les divisions et exclusions sous quelque prétexte que ce soit sont contre productives et nous avançons en bonne intelligence ou nous continuons notre aveuglement et rouvrons les yeux lorsqu’on n’y pourra plus rien et que nous serons tombés si bas que la remontée ne sera guère possible. Paul Eluard dit à ce propos : ‘‘ Un cœur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs ’’.

Vinkmag ad

Read Previous

Expérience avec Lous and The Yakuza

Read Next

Covid-19 Seuls ENSEMBLE 7

32 Comments

  • Epineux débat que celui de l’identité d’un peuple exilé 60 ans dans le monde entier!!! Surtout que souvent les familles sont séparées!!!
    Là … tu as touché un point extrêmement sensible!!!

    • Bonjour Cécile Kayirebwa,

      Merci d’avoir lu et d’avoir ouvert le débat…
      Vous êtes une pionnière au pays des Mille Collines dans une invitation perpétuelle à une cohabitation intelligente des différences, notamment à travers le titre « Indamukanyo » troisième piste de votre album Amahoro-Paix-Peace (Editions Céka i Rwanda, 1998).
      Nous écrivons pour partager les idées et susciter le débat.
      Vous nous y aidez en y participant fort agréablement.
      Merci donc pour votre présence.

      Restez avec nous. Et sur tous nos réseaux sociaux.

  • Un coeur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs… Belle phrase. Ça rejoint cette phrase qui dit aimons nous les uns les autres…Arnaud tu es un ouvrier de la plume !bel article

    • Bonjour Abdel Aziz Zedouma,
      Merci pour votre présence fidèle ici! Et pour votre compliment.
      Je vous invite à découvrir le grand auteur Paul Eluard, auteur également de la phrase qui vous a retenu votre attention.

      Restez avec nous, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Cher Arnaud,

    Tu as certainement raison quand tu affirmes que « on sera riche ensemble ou on va tous se noyer », et j’ai bien peur que nous allions droit vers la noyade!
    La distribution des vaccins anti-covid-19 est un bel exemple. On dirait que cette intelligence et considération de l’autre dont tu parles sont des perles rares chez les grandes puissances, vu qu’elles sont entrain de s’accaparer de toute la production, présente et future, des vaccins sans considération aucune pour les pays les moins avancés.

    • Bonjour Yves,
      Merci de venir par ici et de décider de faire partie de la discussion.
      Ce n’est à l’origine pas une phrase d’Arnaud. Il cite lui-même une phrase de Fatou Diome. Une grande dame!
      Ensemble, c’est vrai, nous sommes plus forts. Impakt Info existe aussi pour défendre cet aspect de solidarité humaine.
      Si certains pays dits « développés  » se replient sur cette question des vaccins anti Covid-19, c’est qu’ils n’auraient pas compris ce que dit le Chef du plus petit Etat du monde, le Pape François : « (…) La vraie qualité des différents pays du monde se mesure par cette capacité de penser non seulement comme pays mais aussi comme famille humaine, et cela se prouve particulièrement dans les moments critiques. Les nationalismes fondés sur le repli sur soi traduisent en définitive cette incapacité de gratuité, l’erreur de croire qu’on peut se développer à côté de la ruine des autres et qu’en se fermant aux autres on est mieux protégé (…)  » .

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine You Tube.

  • Cher Arnaud,

    On est tout court “soi” mais on l’oublie et les autres nous exigent une existence qui correspond à leurs être.
    Vis et dis nous tout.
    Écris et nous lisons
    Va et deviens mais vie.

    Moi je suis amoureuse de la vie, et je suis humble face aux tourbillons des temps et de l’histoire. Je reste à l’écoute de notre monde et c’est pour cela que je te lis avec passion dans l’amour des mots et respect de ton métier.

    Quant à l’identité, qu’en pense-je? Va vie et deviens…

    Merci Arnaud.

    • Bonjour Chantal Umuraza Esi,
      Rester soi-même et dans le respect de l’autre, différent de nous!
      Merci d’insister sur cette exigence de respect personnel et mutuel.
      C’est sans doute « LA » voie de sortie de notre monde qui se perd en invectives.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine You Tube.

  • Très bel article Arnaud, bravo.
    Une attention particulière à notre hygiene informationnelle est de rigueur!
    Ensemble, évitons cette noyade imminente!

    • Bonjour Jo Mujyambere,
      Merci d’être ici et merci pour votre compliment. Vous avez tout à fait raison:
      l’« hygiène informationnelle » est très importante!

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Wow, your writing skills is incredible! Love it! I truly feel the same during this pandemic.
    C’est le moment d’apprendre de soi-meme, do anything that you’ve always to do.
    Mostly it’s time to be kind to one another.

    • Good day Elisabeth,
      Impakt Info’s family thank you so much and welcomes you with open arms.
      Please, READ, REACT and SHARE the links that insipres you the most with many people around you and beyond!

      Stay here with us and follow us on social medias and on YouTube.

  • Quelle belle plume!
    Comme tu nous guides si bien vers l’introspection.
    Merci pour cette piqûre de rappel de l’identité collective: nos vies sont solidairres les unes des autres, Aujourd’hui plus que jamais…

    Et quelle belle âme!
    On dit que  » la plume est l’interprête de l’âme. Ce que l’une pense, l’autre l’exprime »
    (M. De Cervantes)

    • Bonjour Tessy Kayitana,
      Merci de venir par ici, de prendre le temps d’y lire et de décider de réagir, en relatant votre ressenti.
      Merci pour vos compliments. Merci pour cette belle citation. Nous aimons les citations!
      Restons donc ensemble ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube pour impacter notre monde et lui offrir autant que faire se peut, le changement que nous appelons de tous nos voeux.

  • Merci Arnaud pour la réflexion profonde,
    Il y’ a lieu de croire que la réflexion s’adresse à moi tellement je suis témoin des faits relatés.
    A toutes ces crises identitaires , perte de repères et valeurs évoquées, il faut ajouter le fossé entre les nouvelles générations et celles de leurs parents , les nouvelles technologies qui font qu’on sait plus à quel sein se vouer.
    Merci Arnaud

    • Bonjour Jean Runuya,
      C’est nous qui vous remercions de faire depuis peu partie de la famille Impakt Info.
      Oui, nous nous adressons à vous et vos histoires plurielles partagées par d’autres humains vous prouvent que vous n’êtes pas « seuls  ».
      Vous réagissez à nos publications et nous encouragez ainsi à continuer notre travail.
      Merci de partager les liens Impakt Info qui vous parlent le plus.

      Restez avec nous sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Arnaud, je manques des mots appropriés pour te remercier pour cet article tellement riche et profond! Ça m’a fait réfléchir! Merci et continues de nous réveiller! En tous cas bravo!!!

    • Bonjour Alice Rwema,
      Merci de vous exprimer si bien. Rassurez-vous, vous avez trouvé les mots et nous avons compris votre émotion.
      Merci de partager avec votre entourage les liens Impakt Info qui vous parlent.
      Permettez-nous, si vous le voulez bien, de vous en proposer quelques-uns, similaires à celui que vous avez apprécié:

      https://impaktinfo.com/2018/11/07/chacun-sa-part/
      https://impaktinfo.com/2019/04/10/bonne-foi-et-bon-sens/
      https://impaktinfo.com/2019/04/10/agir-tout-de-meme/
      https://impaktinfo.com/2020/01/17/exigence-de-bonne-gouvernance/

      • Nkusi, Muto w’Isano,
        Mes chaleureuses félicitations, frérot!

        Quel plaisir de te retrouver: ton élan, tes quêtes et ton talent, presqu’un cadeau d’anniversaire pour moi, merci d’avance!

        Pour le fond: bien entendu la conversation identitaire reste un projet, toujours de mise et jamais vraiment achevée!

        La mienne avec moi-même a bien avancé quand j’ai l’ai pensée en termes de point d’appui( celle héritée) et des strates (celles acquises au fil de notre histoire collective et la mienne personnelle).

        Quant à la forme: c’est ine vraie joie de lire un texte bien écrit parlant de questions graves de manière presque ludique.

        Komereza ho, Nkusi wa Nyetera!
        Impundu, impundu!

        • Bonjour Alice Rusaro Uwagaga Karekezi,
          Merci et bienvenue dans la famille Impakt Info qui vous accueille à bras ouverts.
          Merci pour vos compliments.
          Vous avez raison, la quête identitaire est un vaste sujet. C’est pour cela que personne ne peut prétendre faire le tour de la question, sinon en ouvrant la discussion et de manière bienveillante.
          Bienveillance et acceptation d’autrui.

          Restez avec nous ici, sur nos réseaux sociaux et sur notre chaine You Tube.

  • Encore une fois un coup de plume magistral. Merci Nkusi pour avoir su avec élégance et perspicacité nous plonger au cœur même de la crise de conscience qui gangrène le monde de plus en plus globalisé et cupide. J’ai plus aimé ce passage où tu demandes si “il n’était pas temps que les systèmes éducatifs intègrent un cours sur le respect d’autrui et de la vie qui se déploie à travers la flore, la faune et l’humanité.” Je dirais un cours de respect de soi tout court.

    • Bonjour Nkundwa,
      Merci pour votre présence et votre fidélité surtout à notre chaine YouTube. Pour vos réactions enthousiasmées. L’enthousiasme est contagieux et nous prenons avec joie! Merci pour vos compliments. Nous partageons la conviction du besoin de voir les Educations Nationales de toute la planète s’engager dans l’apprentissage du « vivre ensemble » à inculquer dès le bas âge.

      Partagez avec un maximum de vos contacts, nous vous prions, les liens Impakt Info qui vous parlent le plus.
      Restez avec nous.

  • Cher Arnaud,
    une si belle plume de laquelle transpirent de bons sentiments, du baume au coeur pour des espoirs ternis, la foi effritée, les sens confus…Faire le tour du cercle aussi grand soit-il on en revient à son point de départ, LE SOI! merci du rappel.
    Non pas le soi contemporain perdu dans la possession, l’égoïsme, l’egocentrisme, le « moi je » mais le soi de UBUNTU. Ne plus perdre son temps à chercher autour et ailleurs ce qui se trouve en soi, bien beau projet auquel j adhère et adore.
    Chaleureuses salutations.
    A.M.

    • Bonjour Arnaud Mezui,
      Bienvenue et Merci pour vos compliments.
      Merci d’être ici et d’entrer dans la discussion, en lui apportant votre ressenti. Puisse le temps présent se révéler à vous plus doux et moins sombre. Grâce à la noblesse d’UBUNTU, concept que le monde gagnerait à connaitre.

      Rester avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Bonjour Arnaud,

    Merci pour ce bel article, c’est un sujet intéressant et difficile à aborder, l’identité, « nous et les autres ». Connaitre ses origines et en être fier est une bonne chose mais ça ne doit pas nous enfermer et nous faire voir l’autre comme un étranger. Cela crée l’exclusion, et c’est une perte. C’est l’union qui fait la force. Si on jugeait une personne par ses actes au lieu de lui attribuer tout ce qu’on pense savoir sur ses origines ou sa communauté, ça permettrait aux gens de déployer leurs ailes et d’exploiter tout leur potentiel.

    J’aime votre façon d’écrire, c’est rare, c’est philosophique et le contenu est enrichissant.

    • Bonjour Eric,
      Bienvenue dans votre nouvelle famille Impakt Info qui vous accueille avec joie. L’union est une force. C’est vrai.
      Vous nous avez même proposé en « Off » de nous aider et nous souhaitions vous en remercier publiquement.
      Merci aussi pour vos compliments. Permettre aux autres de déployer leurs ailes et d’exploiter tout leur potentiel en ne les jugeant pas serait noble, en effet. Un vrai challenge pour l’humain prompt au jugement hâtif.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine You Tube.

  • Hello Arnaud,
    Très belle approche et surtout en ce moment où comme il est dit dans le texte,quelqu’un doit savoir comment s’organiser pour ne pas sombrer dans la dépression. Peut-être serait-il bien qu’un petit débat soit organisé sur le thème de l’identité (juste une suggestion). Car, la question mal abordée pourrait sérieusement affecter un être. Merci de nous amener à faire une pause et à y réfléchir.

    Aussi la presse écrite,audiovisuelle et les réseaux sociaux compétissent en ne pensant qu’à faire le buzz et malheureusement, en usant des nouvelles désastreuses et autres « sensationnelles ». Merci à Impaktinfo d’impacter avec du positif. Courage!

    • Bonjour Koffi Rutabuzwa,
      Bienvenue à Impakt Info. Le sujet vous parle et vous allez jusqu’à nous faire des propositions. Belle initiative que nous apprécions et que nous appelons nos lecteurs et téléspectateurs à rejoindre pour nous permettre de mieux vous servir.
      Plus de sens et moins de sensationnel! Oui, Impakt Info a pour mission spécifique d’impacter positivement et c’est ce que vous nous aidez à accomplir, lorsque vous prenez de votre précieux temps pour lire, analyser, COMMENTER et PARTAGER.
      Tous nos remerciements.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine You Tube.

  • Une bonne leçon d’introspection, en effet. Je pense que ces moments critiques dans nos vies collectives et individuelles dans le monde entier, nous mettent tous ensemble (pays riches et pays pauvres) dans une très grave situation de crise.
    Nous sommes forcés de prendre du recul, en regardant certaines vérités en face. Notamment l’impérieux « Amour du prochain » que nous avions pour la plupart relégué au second plan, sous prétexte d’ être « busy », trop occupés pour.
    Moment obligé et naturel de méditation.
    Le confinement a pesé de tout son poids et nous a forcé à une belle découverte personnelle avec un peu plus de sensibilité pour l’autre.

    • Bonjour Cynthia Gaju,
      Bienvenue sur http://www.impaktinfo.com Et Merci pour votre fidélité à notre chaine YouTube où vous nous rendez toujours visite, en prenant soin d’y noter vos observations.
      Oui, le prochain, cet(te) autre « nous-même » mérite notre attention autant que nous méritons la sienne. Vous avez raison et c’est la loi de la nature.

      Restez avec nous ici, autant que vous l’êtes sur la chaine YouTube.

  • « Tout le monde dit vouloir la paix mais fait la guerre au prétexte que c’est l’autre (encore et toujours l’autre mais pas soi) qui a tort et par conséquent, provoque le conflit. Le cycle est infernal. C’est le serpent qui se mord la queue. »

    Des mots qui décrient la triste vérité que nous vivons, ou plutôt ╥ laquelle nous survivons. Notre incapacité d’introspection et celle de pouvoir voir la beauté et la bonté complexes qui sont dans l’ autre nous rend plus moches et nous amènent à projeter sur l’ autre notre côté obscure.

    Merci Impaktinfo,
    Merci Arnaud Nkusi pour cet article qui nous incite à nous arrêter un peu pour réfléchir. 🙏

    • Bonjour Mucyowicyogere,
      Bienvenue sur http://www.impaktinfo.com , nous vous y accueillons à bras ouverts.
      Merci pour l’honnêteté de votre constat et pour le partage que vous en faites.
      Rassurez-vous, puisque nous en parlons ici (et sans doute ailleurs), c’est une prise de conscience qui augure d’un nouveau mode de vie, plus conscient, plus responsable, meilleur.

      Restez avec nous ici , sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *