La parole

Au commencement est la parole. Aucun besoin d’être croyant pour y souscrire. La parole crée. Elle est  arme de construction ou de destruction massive, en fonction de l’usage que l’on en fait. Sa lame est à ce jour plus aiguisée que jamais. Elle fédère ou divise. Dans les deux cas, elle tranche ! Drôle d’époque où la parole est d’or et le silence d’argent, voire de bronze ! Chaque parole a une conséquence, chaque silence aussi, dit Jean Paul Sartre. 

Alors on parle, pourrait dire Stromae. C’est dans l’air du temps. Les canaux de communication à distance se démultiplient et offrent des opportunités historiques qui sont autant de moyens d’expression. C’est à ce point que deux personnes qui sont ensemble peuvent communiquer par messages -écrits- interposés, comme si elles étaient géographiquement éloignées parce qu’elles préfèrent ce mode d’expression. 

Au nom de la sacro-sainte ‘‘ liberté d’expression ’’ accentuée par les réseaux sociaux, tout le monde peut tout dire de tout et de tous sur le ton de son humeur, sans que ces affirmations ne soient forcément utiles et encore moins vérifiées. Je parle, donc je suis. Pour exprimer quoi ? Avec quel langage ? Pour quel(s) impact(s) ? De quelle(s) portée (s) ?

Á la parole, s’il est un service à rendre, ce serait d’éduquer. Eduquer à prendre en compte l’éventuel impact que susciterait une prise de parole quelle qu’elle soit. La parole est d’une telle importance parce-que d’une telle portée qu’elle devrait toujours être prise consciemment pour pouvoir en assumer les conséquences. ‘‘ L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ’’  selon Nelson Mandela. Sa notoriété mondiale est en grande partie faite de la quintessence de ses paroles et du message d’humanité et d’espérance qu’elles portent aux quatre coins de la planète. 

À la maison familiale, nos parents nous avaient éduqué à une prise de parole libre, à la seule condition de ‘‘dire la vérité ’’ et d’être « dans le respect . » Notre mère ne tolère  guère le mensonge. Le franc-parler était de mise, malgré la peur du père qui pouvait sévir au moindre écart de language. Nous pouvions nous exprimer sur les sujets qui nous tenaient à cœur. C’est aussi dans ces conditions que nous pouvions expérimenter le pouvoir du silence. Une grande peine, un profond désaccord ou une immense joie déclenchaient automatiquement mon silence qui durait autant de temps que sa lente digestion l’exigeait.

Aujourd’hui, accéder à un public virtuel ‘‘ illimité ’’ est une opportunité à saisir pour éduquer davantage au respect, à un plus grand nombre d’individus et plus vite. Les personnalités publiques ont un rôle central dans cette quête d’une éducation à la prise de parole responsable. Le footballeur Cristiano Ronaldo, sur un réseau social où il est la personnalité la plus influente, l’artiste The Weeknd, ou encore les militantes Angela Davis, Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi, fondatrices du mouvement Black Lives Matter sont parmi les plus fédérateurs d’un public aussi large que relativement jeune.

Elles et ils peuvent s’exprimer par des mots, par des images sans paroles, des sons sans images ni paroles, simplement par des actes concrets et atteindre leurs cibles sans restriction. L’esprit de masse est un esprit-éponge qui se gorge de ce qu’il lui est donné d’absorber. Certes, chaque individu a son propre arbitre qui lui sert de filtre, mais il n’est pas dit que la personne sollicitée s’en serve toujours, surtout lorsque l’effet de masse est plus fort que sa propre exigence de jugeote. 

Aussi loin que remontent nos souvenirs, nous avons quasiment tous une musique, des paroles, une chanson, qui ont influencé nos parcours de vie. Bob Marley est à lui seul le cas de figure-type de la force d’une chanson qui lui confère une quasi immortalité. Titre, paroles, musique et personnalité de l’interprète sont tous, chacun et ensemble ‘‘influenceurs ’’ d’individus et de masses. Mère Teresa, Mohandas Karamchand Ghandi, Nelson Mandela ou encore Michaël Jackson sont de ces  personnalités charismatiques qui sont fortement ancrées dans les mémoires individuelle et collectives.

‘‘ Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur ’’  dit Romain Rolland. Dans le cas spécifique du Roi du reggae, au-delà de ses chansons, sa propre personnalité imprime des générations et pourrait même lui faire ‘‘ enjamber ’’ des siècles tant a été fort son impact.  Une illustration de la portée d’une parole publique, c’est ce public auquel aujourd’hui toute personne connectée à internet peut s’adresser via ces fameux réseaux sociaux qui n’ont de limite que leurs propres ambitions. 

Une des tâches qui nous incombent, femmes et hommes de ce troisième millénaire, c’est de passer au peigne fin le flot d’informations qui nous assaillent sans discontinuer. S’en mêlent alors informations et intoxications. Les manipulations sont multiples et déversent leurs décoctions dans les esprits-éponges qui se gorgent de ces mélodrames d’une inutilité consternante. Les discussions qui en découlent en disent long sur l’état d’esprit de nos contemporains. 

Attention : tout n’est pas à plaindre. Au contraire, ce sont autant d’occasions pour rectifier le tir et éduquer en faveur du respect de la parole honnête et responsable de ce qu’elle véhicule. Eduquer à la parole bienveillante et soucieuse de ce qu’elle pourrait engendrer, c’est aussi le sens de cette journée mondiale du compliment, célébrée le 1er mars de chaque année depuis 2003 aux Pays-Bas pour diffuser une onde positive dans le monde. Onde positive, ai-je dit ! Á quel point en avons-nous besoin par les temps qui courent ? Dites-le nous, au bas de ces quelques lignes, au lieu destiné aux commentaires et suscitez, nous vous en prions, un débat autour de cette nécessité, si nécessité il y a. 

Quino Mafalda vous précède, lorsqu’il dit : ‘‘ J’aime les gens qui disent ce qu’ils pensent mais j’aime plus encore, ceux qui font ce qu’ils disent. ’’ Il soulève ici la délicate question de la parole donnée et de son respect. Quelle expérience faisons-nous aujourd’hui de la parole donnée? Celle que nous donnons, celle qui nous est donnée et enfin, celle donnée à une tierce personne et dont nous sommes le témoin. Ces ‘‘ paroles données ’’ sont-elles tenues comme initialement promis? Qu’ en pensez-vous? Voulez-vous faire-part ici de votre expérience ou de celle à laquelle vous avez assisté? Vous pouvez aussi réagir aux observations faites ci-dessous par d’autres lecteurs. Faites-nous  savoir par votre prise de parole ce que vous pensez de l’importance de la parole et de la portée qu’ont selon vous, tous types de prise de parole: orale et/ou écrite.   ‘‘Ce qui importe le plus, selon Nelson Mandela, ce n’est pas tant que nous ayons vécu. C’est la différence que nous avons faite dans la vie des autres qui déterminera le sens de la vie que nous avons menée.

Vinkmag ad

Read Previous

Covid-19 Seuls ENSEMBLE 8

Read Next

Signé Jean-Louis Ayabadja Kombe

8 Comments

  • Merci Arnaud Nkusi de nous provoquer ainsi!👍
    C’est un sujet qui devrait interpeller chacun!
    J’appelle chacun à réagiir 🙏 LA PAROLE exprime la pensée et garde la communication entre chacun et chacun et.,,,,,, le MONDE!

    • Bonjour Cécile Kayirebwa,
      Merci de nous être si fidèle. Toujours présente et active! Participante!
      Chapeau bas Madame!

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Oh l’expérience avec « la parole »! Parole reçue, son effet ressenti! Il faudrait toute une journée pour tout dire. Un conseil aux gens qui lisent impaktinfo, s’ils ne le font pas déjà. Faisons attention à ce que nous disons. Est-ce que les mots qui sortent de nos bouches viennent pour édifier ou détruire la personne à qui ils sont adressés?(Réf. au verset biblique Ephésiens 4:29) Pensons à l’impact de nos mots, pensons à ce que l’autre pourrait ressentir, imaginons ces mots dirigés vers nous d’abord pour en mesurer l’effet avant de les sortir. Comme le dit la Bible, Colossiens 3:8, « Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. »

    • Bonjour Oly,
      Merci d’être là! Ici! Merci de lancer le débat.
      Le débat est donc « déclaré ouvert ».

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Sujet intéressant Arnaud.
    Je pense en effet que les gens devraient profiter des réseaux sociaux pour s’exprimer davantage et partager leur avis divers. Néanmoins, cela doit se faire dans le respect et la dignité, sinon les récentes polémiques d’une certaine youtubeuse deviendront chose courante.

    • Bonjour Yves M.,
      Merci de revenir, enrichir la réflexion.
      La libeté d’expression est un droit, certes, mais dans le respect.
      Vous avez raison, le respect que chacun doit à son (ses) interlocuteur(s)est de rigueur et non négociable.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Très pertinent et interpellant comme sujet, cher Arnaud! Merci beaucoup! La parole peut, en effet, être une arme de déstruction ou un efficace outil de construction. Et l’être humain aime naturellement profiter de son droit de parole. Hélas, il abuse aussi souvent de sa liberté d’expression…Il nous faut vraiment revenir à cette éducation d’une parole qui honore, respecte, construit, édifie, corrige et réconforte…

    • Bonjour Alessandro Fils,
      Merci pour votre réaction. Et merci pour le partage de liens qui vous parlent le plus.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *