Musique: Moko, maestria !

Il y a musique et MUSIQUE ! Et tout un monde entre les deux. Il y a artiste musicien, auteur, compositeur, interprète et artisan auteur, compositeur, interprète. Des années lumière les séparent. Pour consacrer deux articles à un même disque dans le même magazine, il faut vraiment qu’il y ait de quoi et il y a tout à fait de quoi! L’œuvre aura attendu onze longues années avant d’éclore. Dès la première écoute, l’attente interminable est justifiée par le niveau de qualité du détail qui donne à l’ensemble un niveau rare. Le disque s’appelle MOKO

Ce mot signifie en lingala le chiffre un ou désigne la symbolique de l’unité. C’est le thème du tout nouveau disque, le septième de Lokua Kanza qui est très en forme. En forme, c’est peu dire ! L’album s’ouvre sur Déploies tes ailes. Ce n’est pas par hasard. Ce titre a tout d’un premier titre : thème universaliste qui dit la foi de l’auteur dans le meilleur de l’humain, couplet en voix lead et refrain en chœur. Composition musicale à l’intersection de l’occidentale (claviers) et de l’africaine (batterie Mbalax). Le type de travail d’orfèvrerie qui sort un bijou quasi parfait, susceptible de mettre l’auditoire d’accord, pleinement satisfait. 

Le son frais sert des textes optimistes et tout part déjà de l’intitulé Tout va bien la deuxième piste dévoilée au grand public, en guise de tout premier single promotionnel. Ambiance reggae ne revendiquant rien, sinon le fait que parfois la vie nous fait nous sentir bien, sans trop nous donner d’explications. L’artiste sort de sa zone de confort et ose une musique qu’on ne lui attendait pas. Petite déroute pour les inconditionnels et heureuse découverte pour le public en général, touché par ce texte que sert un clip vidéo tout en joie.

Mesdames, messieurs, gagnez la piste de danse. Lokua Kanza se déchaine sur Melopyg , troisième titre qui donne le ton d’un album qui se veut le plus dansant de la carrière de l’artiste ! Percussions, envolée vocale et batterie donnent le ton, le chant est habité par une joie contagieuse, le chanteur est en transe ! C’est l’esprit ‘‘pygmée’’ qui habite musique et chant. Les chœurs ne sont pas en reste : leur entrée est tout aussi belle et entrainante. Ce morceau est envoûtant ! 

Allez ! On se repose. On s’assoit confortablement et on ferme les yeux. Kanga miso ouvre les grands moments d’écoute. Inconditionnels de Lokua, c’est pour vous. Un invité surprise ouvre la liste de nombreux invités et avec lui, un orchestre symphonique de 56 musiciens accompagne la voix douce du chanteur et l’ensemble est un juste milieu entre ce à quoi l’artiste a habitué son public et une certaine nouveauté. De quoi ne pas dérouter et ne pas se répéter. Une prouesse! 

Tu es! Poésie, sensualité, servies par un chant sublimé ! La voix et le chant semblent sortir d’une ultime nécessité d’exprimer l’inexprimable : ‘‘ (…) est-ce que tu m’entends ? J’ai besoin de toi.’’ Tout le long de la chanson, il assène la même question et le même besoin. Les arrangements sont autant recherchés que justes. Lokua Kanza donne l’impression d’avoir beaucoup travaillé sa technique vocale et son chant. Le résultat est exquis ! 

L’humaniste a un sujet de prédilection qu’il exploite dans plusieurs de ses titres, et c’est le même exercice auquel il s’adonne sur Ouvre ton cœur. Il y invite à oublier les soucis du quotidien, à se laisser imprégner par la musique. Á propos de musique, c’est un travail de titan que Lokua Kanza opère ici : il s’amuse à la fois à multiplier les accords tout en en simplifiant le résultat pour le rendre potable à l’oreille de tous. Amateurs de composition, déchiffreurs d’accords, donnez-vous à cœur joie à l’exercice. Pour les moins rompus, vous entendrez une ode à la vie sur une belle rythmique entrainante.

L’esprit qui plane sur ses titres est autant le même que les musiques sont toutes différentes et riches d’influences diverses. C’est cela qui explique que le musicien a voyagé sur quatre des cinq continents à la recherche du moindre apport qui enrichirait chacun des quatorze titres de son septième album. Il ne s’est pas privé d’associer d’excellents musiciens des plus connus à ceux que le monde gagnerait à connaitre. 

Love is a power. Le ‘‘power’’ de ce titre tient dans la sophistication de ses arrangements qui allient un tempo saccadé occidental à des rythmiques kasaїennes (province du centre de la RDC) de type Mutuashi. Ce qui en sort est aussi puissant que le message que veut passer l’auteur-compositeur et interprète. Ici, c’est en anglais qu’il chante : ‘‘ True love is a power. Power is in your mind, you got the power in you ’’. La force de ce titre et carrément de tous les treize autres, passe forcément par le soin des prises de son, des mixages et des mastering confiés aux soins de plusieurs ingénieurs de son. Il s’en dégage une qualité sonore optimale. Avec un ADN un peu plus anglo-saxon, ce disque a pourtant pour visée de célébrer l’Afrique.

Moko est l’album de toutes les collaborations. C’est ainsi que la Camerounaise Charlotte Dipanda est invitée à mêler sa voix à celle du maestro. Osala est un joli titre sur lequel les deux artistes donnent le meilleur de leurs qualités d’interprètes. Le Rwando-Congolais se risque à chanter en Douala et s’en sort plutôt bien. Il fait bien plus parce-qu’il se risque à chanter dans d’autres langues parlées dans ce pays comme le Bassa, le Pakaka ou encore le Bamiléké sur le même titre ! Chanson douce, pour émotion garantie. 

Il ne quitte pas le Cameroun puisqu’il y a rendez-vous avec le baobab : Manu Dibango. Le saxophoniste apporte sa touche sur le neuvième titre, Nobody cares. C’est lui qui signe la toute première note, reconnaissable d’entre mille. L’interprète chante en lingala et saupoudre d’un peu d’anglais son refrain Nobody cares for them. Ce morceau se veut être la voix des aphones. Celles et ceux que l’on ne voit plus, parce qu’on ne les regarde pas. Cela se sait, les thématiques tristes font de belles chansons. La particularité de celle-ci est son rythme bien mouvementé malgré la gravité du sujet. 

Got to be strong est de ces titres dont on reconnaitrait absolument qu’ils sont de Lokua Kanza. L’esprit de ce morceau est le même que celui de Toyebi te. Quelques secondes pour dire une évidence qui s’entête et qui répète : ‘‘Tu dois être fort ’’! Comme un interlude mais façon Lokua : à peine l’a-t-il dit que c’est la fin de cette plage. 

La richesse de ce disque, c’est aussi les sorties de l’auteur-compositeur et interprète où on ne l’attend pas. S’il a fait un clin d’œil au pays de Samuel Eto’o, il en fait un autre et de la plus belle des manières avec un monstre sacré du Sénégal et en Wolof, s’il vous plait ! C’est Wassis Diop qui, de sa voix grave et suave ouvre Samaway. Il s’agit d’une ode à l’amitié. Presque religieuse, tant le travail est soigné et porteur de ce message : Que ni l’argent ni rien d’autre ne vienne polluer l’amitié: ‘‘ Samaway (…) mbongo eya kokabola biso te ! Mosolo esombaka lolango te ! (…) ’’. Point besoin de comprendre la langue pour en sentir la profondeur. La musique l’exprime suffisamment. 

Sur la douzième piste, petit Pascal se rapproche de celui qui, il y a des dizaines d’années, lui offrit sa première guitare : Ray Lema. Ensemble, inspirés par la musique Liye liye, jouée exclusivement à la naissance de jumeaux dans l’ethnie Mongo – d’où est originaire Bruno Lokua- ils ajoutent les ingrédients auxquels Lokua Kanza va pouvoir coucher ses onomatopées en forme d’élucubrations dont lui seul a la recette. C’est une caractéristique-type du chanteur qui a le pouvoir de mettre son public en appétit. 

Lokua Kanza explique : ‘‘ Contrairement à la boite à rythmes, la rythmique africaine est capable de cette transe qui vient du fait qu’avec plusieurs artistes qui jouent en même temps, on a des pulsations diverses venant par exemple d’un shaker, d’un tambour, d’un maracas, et grâce au jeu de chaque artiste, une pulsation est envoyée aux autres qui, de leur coté ont envoyé la leur et de manière harmonieuse. Parfois, ces rythmiques peuvent changer en cours de route, alors que pour une boite à rythmes programmée,  la programmation initiale ne change pas.’’ C’est sur ce titre Quatel en collaboration avec Ray Lema que le ‘‘Lokua arrangeur’’ s’exprime le plus. 

Le maestro est très aimé d’autres artistes, surtout parmi les jeunes gens qui ne se cachent pas d’être fan, voire très fan ! Conscient de cela, il prend un malin plaisir à les inviter pour l’accompagner sur Tout ira mieux comme pour leur apporter la bénédiction de l’ainé. Il est le mieux placé pour entendre et comprendre par quoi passe tout.e nouvel.le arrivant.e dans le milieu très difficile à pénétrer, s’imposer, puis durer. 

La jeune  Pamela Baketana, gagnante de The Voice Afrique 2020 et celui qui fait une première sortie internationale, Grady Malonda, forment avec leur idole un trio sur ce titre. Les jeunes artistes ont bien raison de dire et de redire en refrain : ‘‘ J’ai encore l’espoir que demain tout ira mieux ’’. Leur carrière n’aurait pas espéré meilleur coup d’accélérateur ! 

L’époque est à se faire connaitre par tous les moyens, quitte à se considérer le.la meilleur.e d’entre tous, à faire un maximum de bruit pour attirer l’attention à soi et plus encore pour les artistes qui se regardent le nombril à longueur de journée. La force de Lokua Kanza réside dans cette capacité exceptionnelle à être dans la transmission. Cela requiert un détachement de soi et une humilité rarissimes. Kende malembe (Vas-y doucement) est la dernière galette de ce repas. Elle commence très en douceur avec un chœur et une envolée vocale de celui dont on sent que ses matins ne se passent guère de longues minutes de vocalises. La musique est faite d’envolées vocales mêlées aux chœurs. La symbiose offre un titre mi-instrumental, mi- chanté en onomatopées de sorte que l’ensemble est reposant. C’est donc de cette manière rassurante et apaisante que se referme Moko. Une maestria !



Moko, disponible en téléchargement légal sur toutes les plateformes de streaming

Vinkmag ad

Read Previous

Messieurs les Présidents

Read Next

Jacob Desvarieux: Mèsi ek respè!

28 Comments

  • Chacun aura ses mots pour décrire ce grand homme Lokua Kanza et Moko doit d’abord nous laisser le temps de brouter calmement son message et comprendre l’héritage et le patrimoine culturel cachés dans cette variété de mélodies, pauses et reprises , culture de l’amour …

    • Bonjour Bruz Anzuluni,
      Bienvenue ici sur impakt info.
      Merci de lire et de réagir.

      Restez avec nous sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Je me permets ce mot de Félicitations à toute l’Équipe de Impaktinfo. Vous avez relevé votre défi avec brio! Vos articles témoignent de votre compétence professionnelle. Vous avez toujours été de bons observateurs.
    BRAVO encore et MERCI de votre belle complicité!
    Tous vos articles réunis font encore une fois un succès reconnu pour notre génération!
    MERCI infiniment à notre Artiste Lokua Kanza pour ce magnifique Bijou. J’écoute cet album en boucle depuis sa sortie. Je vous l’assure, c’est un chef d’oeuvre. Bravo à lui. C’est l’Afrique qui gagne.

    • Bonjour Danny Djo,
      Nous recevons vos compliments avec joie et humilité.
      Merci pour vos mots.

      Restez avec nous, ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Wooooow, magnifique article. Bravo à toute l’équipe de « Impaktinfo », bravo à papa Lokua Kanza. MOKO est un Bijou et papa Lokua Kanza est une légende. Merci pour cette belle musique. Nous t’aimons énormément!

    • Bonjour Guilaine Onokoko,
      Merci pour tant d’enthousiasme.
      Merci pour vos compliments à l’artiste qui vous lit ici!

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Nous vous sommes très reconnaissant pour tout votre travail. Au nom de tous les fans de Lokua Kanza, je vous remercie pour tout ce que vous faites pour notre Artiste. Il est rare de rencontrer des personnes aussi dévouées et dignes de confiance. Vos efforts ne passent pas inaperçus. Merci à toute l’équipe et bravo à ce Grand Homme pour cet album car, c’est un héritage pour nous ses fans et toute l’Afrique, un véritable mestria, comme vous le dites si justement!. Merci papa, que Dieu te bénisse brutalement!

    • Bonjour Fan Club Lokua Kanza,
      Merci pour votre appréciation.
      Votre artiste le mérite bien.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Quels mots pour décrire l’album sublime de Lokua Kanza !
    Bravo!Continuons à savourer l’album plein de reliefs!
    Et encore une fois ( Thankx a lot Impaktinfo )
    Blessings and love y’all!

    • Bonjour Fela Mbonigaba,
      Merci d’être ici et de vous exprimer.
      Tant pis pour les mots. Vous êtes là et c’est le principal.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Quel article! Bravo à vous, Impaktinfo. Lokua Kanza est une légende! Cet Album est un véritable chef d’oeuvre! Encore une fois, Bravo à lui.

    • Bonjour El Maestro,
      Bienvenue parmi nous.
      Merci pour vos compliments.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube

  • Que dire de plus sur ce Chef d’oeuvre?!?
    Des sons aussi envoûtants les uns que les autres…
    Continues Lokua à nous faire rêver au rythme de tes ballades venues d’ailleurs!
    Merci à Arnaud Nkusi qui met un point d’honneur à maintenir la barre haute dans son travail.

    • Bonjour Régis K.
      Merci pour votre présence sur cet espace d’échanges.
      Merci pour vos mots qui vont droit vers l’Artiste et notre rédaction.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Bel article qui résume parfaitement cet album.
    Un chef d’oeuvre. Un travail abouti. Et tous ces jours, personnellement je suis entrain de suivre l’album pour découvrir non seulement les sons mais surtout les paroles, la sagesse y contenue.
    Félicitations à notre Artiste. Bravo à vous pour le résumé.

    • Bonjour Henri Gode MbawMbaw Okwanim,
      Bienvenue sur Impakt info.
      Merci pour vos compliments que l’Artiste lit ici avec reconnaissance.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • L’album MOKO est une belle compilation d’expressions. Une vraie recette. Un mood-booster!
    Après avoir lu cet article, j’ai ce sentiment de vouloir redécouvrir MOKO et son maestro Lokua Kanza.
    Cet article fait justice. Merci à la plume Impakt Info! Là,j’ai une seule envie: Aller sur mon compte Spotify et jouer MOKO car TOUT VA BIEN!

    • Bonjour Robert R,
      Merci de nous faire part de votre ressenti. Bel enthousiasme!

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Toutes mes félicitations à notre légende vivante Lokua kanza, c’est un trésor d’avoir un artiste comme Lui sur notre continent. Après toutes ces années, il est de retour avec un album comme celui-ci. Cela me prendra encore du temps pour comprendre la sagesse qui se cache dans ces belles mélodies et ces textes exceptionnels. Merci beaucoup à toi Arnaud pour cet article, j’apprécie beaucoup ton travail et ton professionnalisme. 🙏🙏

    • Bonjour John Mbananayo et bienvenue dans la famille Impakt Info.
      MOKO vous touche et Dieu sait combien vous avez raison.
      Merci pour l’artsite qui vous lit ici et merci pour toute notre rédaction.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Avec la sortie de l’album Moko, Lokua Kanza revient plus que jamais en force après quelques années d’absence.
    Lokua Kanza est indiscutablement parmi les grands de la musique africaine.
    La profondeur du message en dit long.
    Merci et bravo encore à Impakt Info pour cet article édifiant.
    Tenez bon et maintenez le cap.

    • Bonjour Jean Runuya,
      Merci d’exprimer votre ressenti.
      Merci pour votre fidélité.
      C’est cela qui nous permet de garder le cap.

      Restez avec nous ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Merci Cher Arnaud,
    Lokua Kanza est plus qu’un simple artiste pour moi, il est plus qu’un simple chanteur, il est un inspirateur, un éducateur, une personne que j’admire toujours, et je pense que je l’aimerai même dans ses erreurs (que je n’ai jamais vécues ).
    Un jour, je discutais avec ma petite amie, elle m’a demandé : « si tu as la chance de choisir une personne dans ce monde que tu peux rencontrer et lui parler. Qui ça serait ? » Je n’ai pas hésité, ma réponse était: « Lokua kanza ! » Jusqu’aujourd’hui, ma réponse est toujours la même. Je ne pense même pas à ce que je peux lui dire ou lui demander, mais tout ce que je sais, c’est que je peux être très heureux de rencontrer ma légende, Lokua kanza.
    Depuis le premier jour, lorsque j’ai écouté sa musique, je n’ai jamais arrêté, et je ne m’habitue jamais à sa musique, aujourd’hui encore. Je l’écoute encore et encore, toutes ses chansons sont mes préférées.
    J’aimerais pouvoir le rencontrer un jour.
    Merci une fois de plus pour cet article, cher Arnaud.

  • Franchement, il m’est difficile de commenter sur Lokua Kanza.
    C’est quelqu’un à vivre tout simplement car, ce monsieur est complet.
    Sa voix, son style ainsi que la profondeur de ses chansons me poussent dans un autre monde.
    Merci beaucoup à Impaktinfo pour ce temps qui lui est consacré.

    • Bonjour Rudahunga Karaha,
      Merci de rendre un tel hommage à l’artiste qui vous parle tant et qui vous lit ici!
      Il vous est très reconnaissant. Vous toutes et tous qui le faites exister ainsi!

      Merci de restez ici, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

  • Ouf! Je suis sans mots adéquats pour vous exprimer, comme il le faut, mes sincères félicitations et remerciements cher Arnaud! Vous avez su décrire, d’une manière quasi-parfaite, tout le BON et le BEAU dont on bénéficie de cet extraordinaire musicien qu’est Lokua Kanza. Merci vraiment! Et que Dieu bénisse votre excellent travail.

    • Bonjour Fils Alessandro,
      Merci pour votre présence, merci pour vos mots.
      C’est pour vous informer en vous faisant plaisir que nous travaillons à http://www.impaktinfo.com.

      Restez-y, sur tous nos réseaux sociaux et sur notre chaine YouTube.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.